La vérité sur le Shiba blanc

CategoriesActualités

Suite à un constat trop souvent entendu, nous souhaitons rétablir la vérité concernant la reconnaissance du Shiba blanc/crème. Certaines rumeurs affirment que cette couleur est reconnue par le Japan Kennel Club ou par l’American Kennel Club et qu’elle sera bientôt reconnue en France : attention ceci est totalement faux. Dixit la présentation du Shiba sur le site du Japan Kennel Club : 赤、黒褐色、胡麻、黒胡麻、赤胡麻。上記毛色は全て「裏白」でなければならない。 soit Rouge, Noir (correspondant au noir et feu), Sésame rouge, Sésame noir. Tout le manteau du dessous devra porter l’urajiro (Traduction française avec google du site), dixit aussi le standard des Etats-Unis sur le site de l’American Kennel Club : Serious fault–Cream, white pinto, or any other color or marking not specified is a very serious fault and must be penalized soit Crème, Blanc Pinto, ou toute autre couleur ou marquage non spécifié est une faute grave et doit être pénalisée, dixit le standard canadien sur le site du Canadian Kennel Club : Red, Sesame, Black and Tan. These are the only acceptable colours, and are to be given equal consideration soit Rouge, sésame, Noir et feu. Ce sont les seules couleurs acceptables et doivent être prises en considération égale. Et bien sur dixit le standard européen sur le site de la FCI.

 

Nous vous mettons donc en garde, à l’heure actuelle un Shiba de couleur blanc/crème (ou bien pinto) ne pourra être confirmé au Livre des Origines Françaises (L.O.F) même si ses deux parents sont inscrits au L.O.F car cette couleur est considérée comme un défaut du standard. En effet, cette couleur provient notamment des croisements avec le Kishu Inu et n’est plus reconnue par le standard japonais JKC depuis 1995 (avant cette date les couleurs blanche, gris clair, rouge clair et la couleur bringé issue des croisements avec le Kai étaient reconnues), cette decision fut prise pour éviter que les Shiba blancs deviennent majoritaires comme dans le Kishu et l’Hokkaido, et dans l’optique de sauvegarder les vraies origines du Shiba. Les croisements avec les Kishu furent notamment fait pour parfaire le marquage de l’urajiro. Pour preuve la lettre du JCK adressée au club offiiciel français en 1995 et parue dans le bulletin du club. Il n’y a aussi aucune raison pour que cette couleur soit à nouveau reconnue dans le standard japonais JKC. Il faudrait que la FCI se détache du JKC, et fasse son propre standard ce qui ne faciliterait pas aux éleveurs les imports de Shiba japonais qui ne sont déjà pas simples. La position du Nippo est toutefois différente de celle du JKC, dans le standard non normalisé du Nippo la couleur blanche est une couleur non désirée mais pas interdite, elle peut donc être utilisée en reproduction, les blancs ne sortent pas expositions Nippo car ils seront toujours moins bien qualifié. Le Nippo s’est exprimé à ce sujet et a expliqué que seule les femelles blanches de qualité et à pigmentation noire (truffe) sont utilisées en reproduction par les éleveurs Nippo et de façon occasionnelle. Nous rappellons que si c’est le Nihon ken Hozonkai (Nippo) qui préserve le Shiba, a créé le standard et a d’affilié la majorité des éleveurs japonais de Shiba, le Nippo n’est pas reconnu internationalement et tous les pedigrees des Shiba Nippo doivent passer par le JKC pour être reconnus FCI.

Il a fallu des années pour que le nouveau standard FCI soit vraiment appliqué en France (des Shiba blancs ont encore été confirmés dans les années 2000 !).

En France, les Shiba Inu de couleur blanche ne doivent donc pas être utilisés en reproduction car leur descendance ne pourra pas être inscrite sur le L.O.F, il n’y a aussi aucune raison qu’ils soient vendus plus cher qu’un Shiba roux, sésame ou noir et feu reconnu au L.O.F. Ils doivent rester des “surprises” dans les naissances dû à des mariages étudiées mais dont l’éleveur ne choisi pas exprès de faire du blanc pour répondre à la demande. En effet, le gène blanc est un gène recessif, c’est à dire que les deux parents doivent être porteurs pour que le blanc ressorte (au même titre que le gène noir et feu).

Hokkaido, mascotte de Softbank

Une forte demande de Shiba blanc fait que ces règles ne sont pas respectées par des éleveurs et des particuliers peu

scrupuleux, si vous appréciez cette couleur nous vous conseillons de vous diriger vers les bons éleveurs et d’attendre un Shiba blanc surprise tout en prenant en compte qu’il ne sera pas confirmable (pas de reproduction possible) ou de vous diriger vers une autre race l’Hokkaido blanc (cf photo à gauche) trouvable en France et à l’étranger ou comme le Kishu blanc (cf photo à droite) trouvable en France et à l’étranger.